Lecture musicale électro rock

J’entends des pas derrière moi

D’après le roman éponyme publié chez Nathan dans la collection Court Toujours, 2021.

Générique

  • Texte écrit et lu par Jo Witek
  • Compositions, guitare et sons : Mathieu Lengagne
  • Avec les voix de Thomas Walch et de Guillaume Guéraud. 

Extrait

Il veut me faire souffrir, c’est clair. Un pervers. Un obsédé qui me colle au train. TAC-TAC. Sûr qu’il a de grandes jambes, de grandes dents, une force de super puissant. Du genre à me plaquer sur le sol d’un coup d’épaule. Un quaterback. Il me traque. Il aime voir sa proie marcher devant lui telle une poule affolée sous la pluie et impossible d’accélérer avec ces satanés talons qui me perforent les pieds. Pourquoi tu me doubles pas, hein, connard ?

La lecture musicale propose de partager quarante minutes de la vie d’une fille un samedi soir en ville. Ça se passe à Paris, mais ce serait la même histoire à Tokyo, New York ou Dubaï. Une fille en ville la nuit n’a pas sa place. Pourtant Dina sort, Dina se parle comme un homme musclé, elle blague et refuse l’enfermement sexiste assigné. Entre les riffs de guitare et les sons électriques de la ville, la musique évolue au rythme de Dina qui traverse tête haute d’inquiétants paysages urbains. 

Une création aidée par la ville de Pézenas.

FICHE TECHNIQUE

Durée : 40 minutes.
Tout public dès 13 ans.

Matériel

  • Sonorisation voix, guitare, machines
  • Un micro voix avec câble et pied 
  • 7 prises son
  • 1 grande table sur scène pour ordi, pédales, son (pas de régie son, tout se fait plateau)
  • 1 chevalet texte
  • Le musicien apporte instruments, machines, ordi etc.
  • Prévoir un ampli en cas de déplacement en train.

Montage / démontage

  • Installation : 2 heures
  • Démontage : ½ heure. 
  • Lumières à caler avec la régie avant représentation 

Première le 25 janvier 2022, à la cave poésie de Toulouse.

“Jean-Kevin”, quelques extraits

On pense trop rarement à filmer, enregistrer nos lectures. On n’a que des images prises à la volée sur des téléphones… En voici un montage sans prétention, des extraits de lectures musicales dessinées de Jean-Kevin, un album de Cécile Roumiguière et Géraldine Alibeu.

Madame Hibou cherche appartement

Madame Hibou rêvait d’avoir un appartement.

Bien sûr, tous ses voisins nocturnes pensaient qu’elle devait être un peu folle.

— Oublie tes rêves, répétaient-ils en faisant claquer leur bec. Tu ne réussiras jamais à quitter ton vieil arbre.

Mais Madame Hibou n’était pas du genre à se laisser décourager.

Une nuit, elle rassembla ses forces, avala un médicament contre la fièvre, croqua un carré de chocolat pour en faire passer le goût, brossa ses plumes, hulula deux ou trois fois pour éclaircir sa voix, elle s’empara de son téléphone et elle se mit à chercher.

Madame Hibou cherche appartement, texte de Caroline Dorka Fenech, illustrations de Géraldine Alibeu

Éditions À pas de loups, mai 2021

Premier album de Caroline Dorka Fenech, Madame Hibou cherche appartement est une création en musique, dessin en direct vidéoprojeté et voix, en collaboration avec le musicien David Fenech.

Durée : 30 minutes

Matériel :

  • 1 micro pour la voix et 1 pupitre
  • 1 micro pour le musicien
  • sonorisation
  • une table et une chaise pour l’illustratrice
  • un vidéo-projecteur et son câble HDMI
Images de travail (lecture en cours de création)

Jean-Kevin

©image : illustration Géraldine Alibeu

Jean-Kevin aime vivre dans la forêt. Il écoute le chant du ruisseau, il regarde les feuilles briller dans le soleil, il ne s’ennuie jamais. Continue reading

De sel et de miel

Il est un point, il est un grain. Grain de sable, grain de terre, grain de poussière parmi d’autres grains.
Il aime rester au soleil, absorber sa lumière. Et si parfois la chaleur le suffoque, il sait que la nuit le rafraîchira.
Il roule et rebondit avec les autres grains. Ensemble, ils mélangent leurs ocres, leurs bruns, leurs orangés, et la terre se pare de cette belle palette.
Parfois, le vent l’emporte loin des autres, puis ils se retrouvent. Et les dunes dansent sous la lune, elles valsent en vagues dans la nuit.
Mais un jour le vent forcit, la tempête grossit. Et cette fois le grain est arraché à cette terre qu’il aimait.

Un texte inédit écrit par Cécile Roumiguière, des mots exclusivement portés en direct par des lecture qui peuvent être dessinées, musicales, dansées… tout est à inventer selon les intervenants présents sur le salon ou le lieu de l’événement, et selon nos désirs communs.

Lectures faites en soutien à l’association Encrages (la lecture est suivie d’un temps d’échanges sur le thème de l’accueil des réfugiés et la rémunération est reversée à Encrages).

• Création le dimanche 25 mars 2017 pour Le printemps du livre de Grenoble, en duo avec Arash Sarkechik à la flûte (auteur, compositeur, interprète, poly-instrumentiste et musicien, d’origine iranienne).

• ©photos : Printemps du Livre de Grenoble 2017.

Durée : 45 minutes
Matériel
  • 1 micro pour la voix (micro sur pied ou micro serre-tête) et 1 pupitre avec éclairage pour lecture

Selon s’il y a ou pas un(e) illustrateur·trice :

  • Surface lisse et papier blanc pour collages au mur, ou rétroprojecteur sur table et surface de projection blanche au mur

S’il n’y a pas de musicien :

  • sonorisation et câble raccord pour iPad (mini-jack stéréo, RCA ou jack 6.35)
  • S’il y a un·e ou des musicien·nes, des danseur·seuses… matériel selon leurs besoins.