Bandeau Trop Tôt.

Trop tôt, retours de lycéens

Les retours d’élèves de seconde du lycée de Pézenas, après la lecture musicale avec mon fils, Mathieu… Merci à eux et à Florence Paulhac qui nous a accueillis. Ça donne envie de poursuivre… De partager les lectures, l’écriture autrement.

Jo Witek

La musique ça mettait vraiment une petite touche en plus, ça pouvait même nous permettre de nous mettre dans l’ambiance du livre. On aurait dit un film.
Melissa

J’aime pas trop lire et du coup, j’aime bien qu’on me lise une histoire.
Valentin

J’ai bien aimé cette représentation, animée par un guitariste. La musique donnait beaucoup de réalisme au récit, jusqu’à limite, me croire dans un cinéma ou au théâtre.

Le sujet est bien choisi, il peut parler à tout le monde, fille comme garçon.

J’ai beaucoup aimé la mise en scène musicale. Cela aidait à mieux rentrer dans l’histoire comme par exemple lors de la scène de la boîte de nuit ou le guitariste a joué fort et que l’on n’entendait presque plus la voix de Jo, comme dans les boites de nuit !
Anna

J’ai trouvé cela très original et c’était la première fois que j’assistais à un spectacle comme ça. Ça donne envie d’autres lectures orales.

Cet accompagnement musical fait par son fils nous fait encore plus entrer dans l’histoire et même nous faire imaginer une sorte de décor.
Angel

Lapins timbrés ©Clothilde Delacroix.

La folle histoire dessinée

Cette lecture dessinée improvisée est une sorte de Squiggle, un moment d’improvisation interactif qui mélange narration et dessin, l’un rebondissant sur l’autre (et vice-versa).
L’histoire commence par… une histoire lue, interrompue, pour laisser la parole au public qui imagine des suites possibles, suites dessinées en direct par Clothilde.
Le dessin devient à son tour propositions, et tout se passe autour d’un échange serré où l’idée est de construire une histoire aussi folle que possible.
La lecture peut aussi commencer par le dessin d’une scène, et de là faire émettre des hypothèses qui rend chacun rédacteur d’une histoire singulière, une sorte de “livre dont vous êtes le héros”, mais… à plusieurs voix.
 
Durée : 1h
Matériel

La battle

Battle Montreuil 2013
Battle, Montreuil 2013, Gilles Bachelet avec Benjamin Chaud et Philippe-Jean Catinchi.

Deux dessinateurs au moins rebondissent avec leurs dessins autour d’un thème. Le narrateur peut lire une histoire et l’interrompre pour demander aux illustrateurs de réagir, l’un après l’autre, l’un sur le dessin de l’autre, avant de reprendre l’histoire à partir des dessins.

Le fil conducteur peut aussi être un thème qui devient le chaudron où les réactions avec le dessin bouillonnent, gargouillent, jusqu’à épuisement du sujet.

On peut aussi demander au public de proposer des idées, des mots, des expressions…

Durée : 1h
Matériel

Monsieur Satie

Couverture Monsieur SatieLecture intégrale du livre Monsieur Satie, l’homme qui avait un petit piano dans la tête (Éditions Didier Jeunesse).
Cet album, qui reçut le Grand Prix de l’Académie Charles Cros, présente avec un humour surréaliste la vie et l’œuvre d’Erik Satie, à travers de courts chapitres. Cette « fantaisie pour comédien et pianiste, papiers pliés, chaise, parapluie et chapeau » peut se jouer dans de petits lieux, ainsi que des Conservatoires de musique, aussi dans des théâtres (elle fut présentée au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, ou en novembre 2015 dans un théâtre de Montauban).
La difficulté est la nécessité pour vous de trouver un piano et surtout un(e) pianiste qui a l’âme « papillonesque », ce qui fut le cas plusieurs fois, bien heureusement.

Carl Norac, lecturePour mélomanes de 7 ans à 177 ans.

DURÉE (avec musique) : 55 minutes
Matériel

• Un micro, un pupitre.
• Une chaise.
• Un piano, sa sonorisation.
• Et, si possible, un chapeau.

Le passant de l'horloge, photo © Carl Norac

Passantes, passants…

… comment dire l’autre ?

Carl Norac, portraitCette lecture sera basée avant tout sur le livre Métropolitaines (Éditions l’Escampette, 2003) qui consiste en une suite de portraits de femmes écrits le temps de leur voyage et sans les choisir, dans le métro de Paris : un rêve de photographier l’autre avec les mots.
D’autres extraits suivront, exclusivement des portraits de passantes, passants, d’enfants au fil des voyages ou bien des évocations d’artistes (ainsi Billie Holliday, du livre Une valse pour Billie, paru à l’Escampette en 2013).
Les portraits seront entrecoupés de récits de voyage autour du monde, d’anecdotes portant sur des silhouettes, des visages. Partage aussi d’inédits, en particulier des portaits de vieillards dans les rues de Bénarès.

Plutôt pour collégiens, lycéens, surtout grand public. Ce projet est actuellement avec l’auteur seul, mais se veut en devenir dans un futur proche avec projections de photographies personnelles et une musicienne « feuilleteuse » de pages.

DURÉE : environ 50 minutes
Matériel

• Un micro, un pupitre
• et des passantes et passants.

• Éventuellement avec un musicien de votre choix, tendance jazzy.